Lorsque les oiseaux ne s'entendent pas

Par Monsieur FOX Roy

Introduction Roy FOX  nous fait part de son expérience pour résoudre le problème des couples peu disposés à l’élevage.

 

Développer un élevage de canaris d’exposition de qualité prend beaucoup d'années et est un processus continu. Nous parlons des accouplements sévèrement sélectionnés, mais dans la réalité l'éleveur n'en a pas toujours le contrôle.

Cela m’est arrivé avec un des couples que j’avais sélectionnés avec soin. J'avais fait toutes les préparations nécessaires, vérifié la provenance des oiseaux, leur logement était prêt et le matériel leur avait été fourni. Et alors … le mâle a décidé qu'il ne voulait pas de sa femelle !

J'avais installé le couple chacun d’un côté d’une double cage d’élevage, une paroi amovible les séparait. Il y avait une petite ouverture dans celle-ci, qui dans des circonstances normales, permettait au mâle de nourrir sa femelle. La femelle paraissait prête à se faire nourrir, mais le mâle l'a complètement ignorée !
En fait, son esprit était ailleurs. Son plumage était bien serré, comme s’il était prêt à s’accoupler, mais pas avec la partenaire que j’avais sélectionnée pour lui.
Il était évident que ce mâle c’était attaché à une autre femelle dans le local d’élevage, non pas par la vue, mais par la voix.
Si une des autres femelles avait repoussé le partenaire que je lui avais choisi, j'aurais pu chercher laquelle attirait les attentions du mâle malheureux. Mais chaque femelle s’entendait avec son partenaire et le nid était occupé.
Auparavant, j’aurai laissé un tel mâle voler dans la chambre d’élevage, afin qu'il puisse choisir la femelle qu’il préférait. A ce moment, je ne pouvais pas séparer des couples qui avaient commencé le cycle d’élevage, au lieu de cela, j'ai enlevé ce mâle « bizarre » du local et l’ai placé dans une cage de vol ou il s’est mis à chanter. Il détestait vraiment la femelle que je lui avais choisie !

De par mon expérience, il est plus facile de surmonter le problème d'un tempérament mal assorti du couple, lorsque c'est la femelle qui porte une aversion au mâle.

Si lorsque la paroi est enlevée pour laisser les deux oiseaux ensemble, la femelle se montre agressive, ma première tactique est de la vaporiser avec de l'eau. Pas seulement pour l’arrêter dans sa foulée, mais généralement, le temps qu'elle ait séché et lisser ses plumes, elle ne se montrera plus hostile et acceptera les attentions du mâle.
Dans des circonstances moins violentes, mettre un bain dans la cage peut avoir le même effet. « Qui se baigne ensemble, reste ensemble », dit-on ! .

Si la femelle a formé une attache avec un autre mâle que celui que vous avez sélectionné, vous pouvez deviner quel mâle est choisi car elle se met en position pour être fécondée lorsqu'il chante.
Placez le mâle qu’elle préfère dans une cage d’exposition que vous suspendez à la devanture de la demi-cage éleveuse occupée par la femelle.
Lorsqu'il chantera, la femelle se mettra en position d’accouplement. Vous enlevez alors la paroi pour laisser entrer le mâle sélectionné, et l’accouplement aura lieu. Vous remettez alors la paroi avant que la femelle réalise avec quel mâle elle a été accouplée.

Si vous projetez d'unir un mâle avec plusieurs femelles, ne laissez jamais le mâle aider la femelle à construire son nid. Le mâle doit-être placé en réserve dans la seconde moitié de la cage pour servir aux autres femelles.

Je n'accouple jamais un mâle avec plus de deux femelles assorties, car il en résulte que tous les demi-frères sont consanguins et les demi-sœurs consanguines. Ce n'est pas un problème lorsque les couples sont faits pour l'année suivante, mais l'année après, cela vous mènera sur le chemin à créer un élevage avec une possibilité génétiquement limitée. Introduisez quelques oiseaux extérieurs et vous pouvez voir la nette amélioration dans votre propre lignée de sang.

Pourquoi deux est préférable à trois ?
Pour faire mon couple, je préfère un mâle assorti à une femelle. Aussi loin que je me souvienne, deux femelles qui sont des sœurs assorties avec des mâles sans rapport, sont une meilleure option que d’assortir un mâle avec deux femelles.
Il est plus facile de trouver deux bonnes femelles qui sont sœurs qu'un mâle individuel remarquable. Il y a encore beaucoup d'amateurs qui organisent encore leur programme d’élevage autour d'un mâle en particulier.

A mon avis, je préfère assortir deux sœurs avec des mâles sans rapport, ce qui donne bondir en avant. Il y a aussi l'avantage, que les mâles aideront leur femelle à nourrir leurs jeunes.

Roy FOX

Extrait de « Cages & Aviary Birds »
Traduction : Roger Smitz