Un regard sur le livre d'élevage

Par Monsieur John Williams

John WILLIAMS de la Société du Pinson australienne nous démontre la valeur considérable de bonnes archives dans notre local d’élevage.

 

Vous aurez besoin de quelque forme d'archives si vous souhaitez maintenir un certain degré de contrôle de votre élevage, et savoir où vous allez. Garder la trace de vos oiseaux sur le papier peut être plus important que vous ne le pensez.

Lorsque vous possédez seulement quelques oiseaux, la paperasserie ne peut pas paraître importante. Cependant, ce hobby d'élever des canaris semble grandir chez quelques-uns d’entre nous  et, autant que vous le sachiez, ce « quelques-uns » est devenu « beaucoup ».

Il est nécessaire de savoir exactement quels oiseaux ont donné certaines caractéristiques, et ascendances peut être inestimable lorsqu’il faut faire ses couples d’élevage.
Vous pouvez le faire aussi simple ou aussi compliqué que vous le désirez. Avec des      systèmes qui varient d'un simple cahier ou des fiches jusqu'à un programme informatique sophistiqué, selon vos exigences.
Il est essentiel d’être capable de se tenir au courant d'un oiseau à partir du moment ou il entre dans votre élevage et jusqu'à ce qu'il soit vendu, échangé ou mort.

Deux formes peuvent rendre l’enregistrement facile et organisé. Soit un registre de stock soit les fiches d’élevage.

Pour votre livre d’élevage vous pouvez utiliser des feuilles de papier A4, dans des anneaux .Celui-ci a un avantage, on peut le modifier aisément en ajoutant des pages.
Chaque oiseau devrait pouvoir être identifié aisément. Habituellement on l’inscrit dès qu’il entre dans l’élevage, s’il provient d’un autre éleveur ou s’il a été élevé par vous-même.
Il doit avoir sa propre fiche où seront notés tous les détails, le numéro de bague, le sexe, les informations relatives aux parents, si elles sont disponibles. Vous devez tout noter, cela s’avère particulièrement utile lorsque les jeunes sont nés. Le détail de ces fiches sera repris dans votre livre d’élevage.
Bien que vous puissiez acheter des livres d’élevage dans plusieurs papeteries, ce système a l'avantage de pouvoir être modifié facilement pour être adapté à vos propres exigences.

Le degré d'information enregistré dépend de vous. Il peut-être également utile de noter les changements dans l'environnement de votre local comment plusieurs races ou espèces réagissent ou le comportement de certains oiseaux envers certaines choses, le type de nichoir par exemple, la cage, et ainsi de suite, surtout avec les races plus difficiles.
L’important, c’est que ce travail ne devienne pas un fardeau. Quelque soit la solution adoptée au départ, le principal est de s’y tenir sinon les registres sont sans signification.

Registres d’élevage:

Lorsque la saison d’élevage est là, le système habituel, et un des plus facile, est celui d’une fiche que l’on peut fixer au nichoir extérieur.
Vous pouvez concevoir votre propre système, en utilisant une carte, que l’on trouve aisément dans les papeteries. Cette fiche sera assez grande, de manière à pouvoir noter toutes les informations nécessaires, telle que : le numéro de la cage, la date de l’accouplement, les numéros de bague du couple.
Les numéros de bagues seront inscrits en premier lieu sur la fiche, ensuite, la date de l’accouplement, la date de la ponte, le nombre d’œufs, la date de l’éclosion, le nombre d’œufs fécondés, le nombre de jeunes éclos, la date du baguage, le numéro des bagues, la date de la sortie du nid et finalement, la date du sevrage.

Il peut s’avérer utile d’inscrire sur le revers de la fiche, la date, le détail et les circonstances des pertes, l’apparence des jeunes (couleur de la peau) ou tout autre signe de maladie. Cela peut nous aider à mettre le doigt sur la cause sous-jacente de tout problème.
Les remarques à propos des performances du couple en tant que parents, peuvent y être incluses pour les futures couvées. Ces informations devront être transférées sur le registre principal.

Cet aspect clérical de l’administration de l’oiseau peut paraître une tâche inutile à un débutant mais, en fait, il faut peu de temps pour inscrire ces détails une fois que l’on est habitué.
On oublie facilement l’origine de tel ou tel oiseau, même si vous n’en avez que quelques-uns.

Au plus l’éleveur est sérieux au plus sera complet l'historique de chaque oiseau, plus une ressource sera utile et au plus les informations aurons leur place. Les notes que l’on aura prises, pourront peut-être fournir la réponse à la réussite d’une race en particulier, ce qui était peut-être vain pour vous dans le passé. Ces notes vous aideront à éviter des problèmes dans le futur.

Les registres sont inestimables dans toutes les collections, c’est tout simplement comme un simple conte d'histoires de la vie, ou dans un registre d’élevage complètement informatisé que ce soit sur papier ou sur fiches.

Finalement, tout se réduit à prendre l'habitude d'enregistrer ses informations. Et de plus, ce peut être également amusant. Alors aujourd’hui, n’oubliez pas de faire votre registre d’élevage. Plus tard vous serez heureux de l’avoir fait !

Inscrire les données importantes:

Si je vends un oiseau, une notation sera faite dans le registre principal, le nom de l’acheteur et son adresse sera notée, la date de la vente et le montant de l’achat. Après il sera classé dans la section des « oiseaux vendus ». J'aime savoir exactement où va chacun de mes oiseaux, et ce qu’ils ont fait.
Si un éleveur m’appelle et veut plus de détails sur un oiseau qu'il a acheté, il ne me faut que quelques minutes pour lui fournir les informations complètes.
Les amateurs apprécieront ces données et reviendront plus souvent acheter des oiseaux chez vous, surtout si vous possédez la réputation d'être un éleveur bien informé.

Inscrire des notes:

Dans le local d’élevage, il est intéressant d’avoir de quoi noter de petites informations, (nous savons tous comme il est facile d’oublier des choses lorsqu’on est énervé !). Ce peut-être un bloc-notes avec un bic attaché ou un stylo feutre ou un crayon.
Toutes ces informations ou observations relatives à un couple d’oiseaux en particulier seront inscrites plus tard dans le livre d’élevage principal.

John WILLIAMS

Extrait de : « Cages & Aviary Birds »
Traduction : Roger SMITZ